Mon parcours de vie

Une européenne, suisse et fière de l’être

Anne Marie et sa famille

Née le 1er octobre 1948 à Paris, dans une famille de commerçants – artisans j’ai grandi dans une ambiance laborieuse, mais aussi festive que conviviale, où la joie de vivre et le bonheur de partager m’ont été inculqués par des parents qui avaient vécu les 2 guerres mondiales.

Les valeurs qui m’ont servies (et me servent toujours) de points de repères forts pour tracer ma route sont : l’amour de ma famille et la force de l’amitié, le respect des autres, le travail que l’on choisi et qui donne l’indépendance financière, le combat politique pour une société plus juste et l’engagement pour relayer la parole de celles et ceux qui n’ont pas les mêmes chances que moi.

Mariée depuis 36 ans à Jean-Luc von Arx, directeur d’un Centre universitaire, j’ai le bonheur de voir nos deux enfants adultes, Chloé 35 ans, Sociologue, mais comédienne et scénariste de profession, et Gaël, 32 ans, diplômé en Histoire de l’Art, mais futur expert, s’épanouir dans leurs choix de vie.

Ma double formation, architecte d'intérieur et psychologue - thérapeute familiale me permet d’aborder les épreuves de la vie en recherchant toujours l’équilibre entre l’utopie et le pragmatique, l’esthétique et le rationnel, le rêve et l’action, la nuance et la détermination, la finesse et la force.

Depuis 1970 à Genève, j’ai eu la chance de travailler dans divers milieux socioculturels. D’abord comme architecte d’intérieur, en contact avec une société raffinée et en recherche d’esthétique, puis, après une nouvelle orientation professionnelle pour travailler auprès de populations en souffrance et en recherche de sens de leur vie : éducatrice au sein d’un foyer pour adolescents en difficulté, thérapeute de famille et de couple en cabinet privé, formatrice de professionnels et de bénévoles du champ psychosocial genevois.
Depuis 1996, je suis Directrice adjointe d’un Centre d’accueil pour femmes et enfants en grande difficulté familiale, sociale et affective, victimes de violences domestiques, de traite des êtres humains, de mariages forcés.

Ce travail, parmi des collègues engagées et compétentes, me donne de grandes satisfactions et me rappelle chaque instant que toute une vie peut être remise en question par des éléments tel que le chômage, la maladie, l’échec affectif, la violence… et que cela n’arrive pas qu’aux autres !

Je puise mon énergie dans l’exemple que me donnent les femmes accueillies au sein de mon lieu de travail. Elles développent au quotidien de formidables compétences de résilience et d’immenses capacités de reconstruction pour affronter leur avenir et préparer celui de leurs enfants. Alors… les déboires politiques que chacune et chacun de nous, élu(e)s, nous pouvons rencontrer au long de notre parcours au service de nos concitoyen(ne)s ne sont que des égratignements momentanés de notre ego et des épiphénomènes de vanité !

  • Ecole en Afghanistan
  • Fête au Coeur des Grottes